Make your own free website on Tripod.com

 


« …De cendres et d’os cramés… »

Marchons ensemble à travers les chambres,
Pour mieux sentir l’odeur des morts…

Des ornements incandescents de nos funestes cérémonies,
Sont le message perfide d’un imminent triomphe,
Des cendres noires recouvrant ce sol putride,
Sont l’illusion d’un camp ou d’un feu royaume chrétien.
De ces stèles et de ces monuments divins,
Je ne vois qu’un cimetière sinistre de croix,
Désormais je ne peu que pleurer et verser mes larmes de sang,
Dans le calice souillé de la sainte trinité.

Jésus bâtard errant, source éternelle d’un mensonge puant,
Ces longs clous rouillés te porteront à jamais sur cette croix,
Qui est ton symbole de foi, mais surtout ton cercueil de bois…

Israël comme un centurion je pointerai ma lance vers le cœur perfide de mes hostiles adversaires et non pas à travers la chair frêle d’un dieu tremblant. Se disant créateur du ciel et de la terre, son peuple d’influence et son insolente hypocrisie. Brûlons ensemble les femmes et les enfants de ce peuple sectaire et faible de surcroît. Préservons notre identité, pour l’honneur, la gloire et la pureté de mon sang, puis jaillira de leurs bouches un flot noir de cafards puant.

Les brebis égarées, de ton église, aux fondements ruinés,
Seront violées par la porte de la virginité,
D’une peste mécréante, formé par des rats crevés.

Les corps éparpillés, tels des .…. dépouillés, de cendres et d’os cramés, je ne vois qu’un cimetière, de déchets brûlés, tes fils Nazaréen que nous avons exterminés.


Lyrics by Wolfnacht , Anno Bastardi 2001